Observatoire du médicament, des dispositifs médicaux et de l'innovation thérapeutique

Actualités

Pembrolizumab (KEYTRUDA®) : prise en charge en charge dérogatoire dans les traitements du lymphome de Hodgkin et du carcinome urothélial

La note d'information n° DGOS/PF2/DSS/1C/2019/239 du 15 novembre 2019 précise les conditions et les modalités de prise en charge dérogatoire de la spécialité KEYTRUDA® dans les traitements du lymphome de Hodgkin et du carcinome urothélial.

DGOS (1)
La spécialité pembrolizumab KEYTRUDA® est agréée à l'usage des collectivités mais n’est pas éligible à une inscription sur la « liste en sus » dans les deux indications suivantes : 
  • traitement en monothérapie des patients adultes atteints d’un lymphome de Hodgkin classique (LHc) en rechute ou réfractaire après échec d’une greffe de cellules souches (GCS) autologue et d’un traitement par brentuximab vedotin (BV), ou inéligibles à une greffe et après échec d’un traitement par BV ;
  • traitement en monothérapie des patients adultes atteints d’un carcinome urothélial localement avancé ou métastatique ayant reçu une chimiothérapie antérieure à base de sels de platine.
Depuis Novembre 2019, une prise en charge dérogatoire est proposée pour ces indications sans toutefois les inscrire sur la liste en sus - voir la note de la DGOS N° DGOS/PF2/DSS/1C/2019/239 du 15 novembre 2019.


Pour rappel, pembrolizumab (KEYTRUDA®) est par ailleurs inscrit sur la liste en sus dans les indications suivantes : 
  • En monothérapie, dans le traitement des patients adultes atteints d’un mélanome avancé (non résécable ou métastatique) ;
  • En monothérapie, dans le traitement adjuvant des patients adultes atteints d’un mélanome de stade III avec atteinte ganglionnaire, ayant eu une résection complète (ajout récent - JORF du 22/11/2019) ;
  • Le traitement des patients adultes atteints d'un cancer bronchique non à petites cellules localement avancé ou métastatique dont les tumeurs expriment PD-L1, et ayant reçu au moins une chimiothérapie antérieure, les patients présentant des mutations tumorales d'EGFR ou d'ALK ayant préalablement reçu un traitement autorisé pour ces mutations ;
  • En monothérapie dans le traitement de première ligne des patients adultes atteints d'un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) métastatique dont les tumeurs expriment PDL1 avec un score de proportion tumorale (TPS)> ou = 50% sans mutation tumorales d'EGFR ou d'ALK ;
  • En association à une chimiothérapie pemetrexed et sel de platine, dans le traitement de première ligne des patients adultes atteints de CBNPC métastatique non-épidermoïde dont les tumeurs ne présentent pas de mutations d’EGFR ou d’ALK (ajout récent - JORF du 22/11/2019).



Voir le référentiel des indications des spécialités pharmaceutiques inscrites sur la liste en sus disponible sur le site du ministère pour les des codes spécifiques dans chacune de ces indications (liste en sus et prise en charge dérogatoire).

Consultez egalement notre page "Médicaments de la liste en sus et molécules onéreuses".

Retour aux actualités
Agenda
Journée régionale des vigilants
Formation à la conciliation médicamenteuse
Newsletter